Retour au site ChibiSayana

 

Titre : Cliché
Base : Les Vacances de l’Amour ^^
Auteur : Sayana
Genre : RRS
Situation : Cette histoire se déroule quelques mois après l’épisode 160 de la série.
Note de l’auteur : Voici le premier chapitre d’une fic RRS, « Cliché », les autres chapitres seront écrits par différents auteurs (vous ?).
Disclaimer : Les personnages de LVDLA appartiennent à JLA and Co.

 

Cliché

 

Instantané de bonheur …

 

Debout devant le miroir, Hélène releva ses cheveux en un chignon souple et les fixa à l'aide d'une grosse pince bleue. Puis elle sourit doucement au reflet de Nicolas qui se tenait derrière elle et la regardait tendrement se préparer. Celui-ci prit ce sourire comme une invitation et s'approcha pour déposer un baiser sur la nuque offerte, enlaçant par la même occasion le frêle corps vêtu d'une robe turquoise légère. La jeune femme s'adossa alors contre le torse nu de son compagnon et tous deux restèrent ainsi de longues minutes, amoureusement unis, partageant simplement ces quelques instants de bien-être paisible. Hélène finit pourtant par quitter à regret l'étreinte apaisante, après un coup d’œil à l'horloge qui lui confirma qu'elle allait être en retard si elle ne se dépêchait pas un peu.
- Tu dois vraiment partir maintenant ? grogna Nicolas en la regardant attraper son sac à main et le glisser sur son épaule.
Hélène sourit de nouveau et déposa un baiser furtif sur les lèvres boudeuses qui se déridèrent instantanément.
- Mais oui, mais je t'ai promis de rentrer de bonne heure ce soir, je n'ai pas envie de rater notre petit barbecue en tête-à-tête.
- Hum, c'est vrai, vivement ce soir ! approuva Nicolas malicieusement en l'attirant tout contre lui, oubliant sa mauvaise humeur passagère.
- Mais en attendant, il faut vraiment que j'y aille, les filles vont m'attendre, et tu sais à quel point Laly peut être pénible à force d'impatience, se justifia sans grande conviction une Hélène lovée dans ces bras si confortables.
Tous deux se sentaient merveilleusement bien depuis leurs retrouvailles quelques mois auparavant et profitaient pleinement de chaque minute passée ensemble.
- Mouarf, on se comporte comme deux adolescents amoureux, tu ne trouves pas ? s'esclaffa Nicolas en prenant brusquement conscience de la situation.
Hélène éclata de rire à son tour.
- Ah bon, et ce n'est pas le cas ?
- Eternellement, si !
- Tant mieux, alors ...
Ils échangèrent un dernier baiser en riant, et main dans la main, Nicolas accompagna Hélène jusqu'à la voiture garée sur le chemin derrière la cabane. Pendant que la jeune femme s'installait au volant, il ne
put s'empêcher de lui glisser quelques dernières recommandations, presque malgré lui :
- Fais attention sur la route, ne roule pas trop vite. Et ne te fatigue pas trop non plus en faisant les courses. Laly va vouloir arpenter toutes les boutiques de l'île pour trouver LE cadeau idéal pour l'anniversaire de Diego, et tu vas revenir épuisée comme d'habitude.
Hélène le regarda tendrement.
- T'es mignon quand tu t'inquiètes ! On dirait un vrai papa poule ...
- Bah, on va dire que je m'entraîne, confirma t-il en posant sa paume sur le ventre légèrement arrondi de sa compagne.
- Ne t'en fais pas, tout ira bien. Bénédicte ou Johanna sauront bien m'arrêter si j'en fais trop. Et je te promets d'être très prudente ... le rassura t-elle, émue de tant d'attentions, recouvrant de ses doigts sa main virile et protectrice à la fois, pour partager cette caresse complice.
- Je sais que tu le seras, simplement, je n'ai pas envie qu'il vous arrive quelque chose, je tiens trop à vous deux ...
Le visage de Nicolas s'assombrit un court instant. La jeune femme savait qu'il ne pouvait s'empêcher de penser par moments à Jeanne et à leur bébé, c'était normal, Hélène comprenait ce qu'il pouvait ressentir et ne lui en voulait pas, même si elle-même en éprouvait de la tristesse.
Pour mettre un terme à ce bref malaise, Hélène repoussa doucement sa main et mit le contact. Sortant de sa rêverie mélancolique, Nicolas referma la portière.
- Passe une bonne journée entre filles ! Et dis leur bonjour de ma part !
- Je n'y manquerai pas. Bonne journée à toi aussi ! Et ne traîne pas trop non plus, sinon tu vas être également en retard au boulot et José va encore râler.
- Ok, j'y vais. Bisous, je t'aime !
- Je t'aime aussi ! conclut Hélène en lui envoyant un baiser avec la main.
Nicolas suivit des yeux le 4x4, le regardant s'éloigner vers la route, et lorsqu'il fut hors de vue, il rebroussa chemin pour finir de se préparer à son tour. Arrivé dans la cabane, il saisit un T-Shirt dans la commode et ses yeux tombèrent sur une enveloppe blanche posée bien en évidence sur le meuble. Le jeune homme fronça les sourcils : cette missive n'était pas là avant qu'il ne sorte, il en était sûr, quelqu'un avait donc profité de sa très brève absence pour la déposer là. Ce n'était pas Hélène, il ne l'avait pas laissée une seule seconde. Mais qui alors, et pourquoi ? Comment cette personne avait-elle put pénétrer dans la pièce et quitter les lieux juste avant qu'il ne revienne ? L'avait-elle guetté durant tout ce temps pour savoir à quel moment précis il sortirait ? Cela voulait donc dire qu'ils avaient été épiés à leur insu. Aujourd'hui sûrement. Hier aussi peut-être ? Et les jours précédents ? Depuis quand cela durait-il ? Il ne s'était rendu compte de rien.
Cette pensée inquiétante donna des frissons à Nicolas. Mal à l'aise, il entreprit d'ouvrir l'enveloppe cachetée, qui ne comportait en tout et pour tout qu'une simple photographie. Mais en la voyant, Nicolas ressentit comme un électrochoc et en lâcha la photo qui virevolta lentement et tomba sur le sol, son image bien visible semblant le narguer volontairement ...

 

A suivre …